Etude de la réhabilitation hygrothermique des parois anciennes : HYGROBA

Les cahiers HYGROBA présentent les résultats d’une étude du comportement hygrothermique de plusieurs parois anciennes, soumises à diverses configurations d’isolation.

Le choix d’isoler ou non, et si oui, de quelle manière, peut être motivé par différentes raisons ou à la lumière de différents critères.
On citera sans être exhaustif : la répartition des déperditions thermiques du bâtiment, l’aspect patrimonial extérieur ou intérieur, la perte de place suite à l’isolation, les contraintes urbanistiques, la facilité de mise en oeuvre, le coût, les risques hygrothermiques.

Dans le cas du bâti ancien, ce dernier critère revêt une importance toute particulière. En effet, d’une manière générale, les parois anciennes sont composées de matériaux dits « sensibles » à l’humidité (terre crue,
terre cuite, bois,…), permettant des transferts hygriques (sous forme de vapeur ou sous forme liquide) entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment.

La moindre modification (isolation, enduit,…) apportée à ces parois, soumises à différentes sources d’humidité, est susceptible a priori de modifier la teneur de ces transferts et de perturber un équilibre existant.
Cette considération doit inciter à la prudence lorsqu’un projet de réhabilitation thermique est envisagé.

Dans cette optique, les cahiers HYGROBA permettent une analyse de différentes solutions d’isolation de parois anciennes en fonction des risques hygrothermiques associés.

Quatre types de parois sont étudiés : la terre crue, la brique de terre cuite, la pierre dure et le pan de bois – torchis).
Les conclusions propres à chaque paroi sont exposées dans des cahiers associés, sous forme notamment d’un tableau synthétique. Le cahier 0 présente le prjet et les hypothèses.

On remarque, très schématiquement que :

  • l’isolation d’une paroi ancienne impacte plus ou moins fortement son équilibre hygrothermique,
  • les solutions d’isolation par l’extérieur sont les plus performantes,
  • les solutions d’isolation par l’intérieur sont les plus exposées aux risques hygrothermiques,
  • les configurations « perméables à l’humidité » sont à privilégier pour les parois anciennes.

Financé par le ministère de l’écologie, le programme de recherche HYGROBA a été réalisé par : le CETE de l’Est, le LRA (Laboratoire de Recherche en Architecture de Toulouse), le LMDC (Laboratoire des Matériaux et de la Durablité de la Construction de Toulouse), Maisons paysannes de France.

ressources similaires

  • MaPrimeRénov’ : l’ANAH publie un mode d’emploi complet

    05-07-24
    France Rénov’ vient de mettre en ligne un guide pour faciliter la compréhension du dispositif Ma PrimeRénov’. Publié fin avril 2024 par l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH), ce guide contient des informations et des conseils pour mobiliser le
  • Un nouveau rapport par la FAP et la FNH sur le ZAN et le mal-logement

    04-05-24
    En mars 2024, paraît un rapport rédigé conjointement par la Fondation pour la nature et l’homme et la Fondation Abbé Pierre. Ce rapport produit des propositions concrètes pour lutter contre l’artificialisation des sols et le mal-logement, et établit
  • REPLAY | Webinaire du Réseau Bâtiment Durable, l’urbanisme favorable à la santé

    03-08-24
    Le 29 février 2024, se tenait un webinaire organisé par le Réseau Bâtiment Durable afin de présenter sa publication collective : L’urbanisme favorable à la santé, mieux prendre en compte la santé dans les projets urbains. Le replay du webinaire est
  • Atlas du foncier invisible

    03-07-24
    L’Atlas du foncier invisible est un manuel pour accompagner la transition des pratiques autour de la sobriété foncière. Il permet de déchiffrer les situations qui permettent de faire « la ville sur la ville » sans consommer de nouveaux sols